L’évolution des marchés

Chers amis,

J’espère que vous et votre famille allez bien et avez eu l’occasion de profiter de la belle température estivale. Alors que nous entamons le cinquième mois de la pandémie mondiale du coronavirus, les taux d’infection à la COVID-19 dans plusieurs régions du Canada ont diminué, et les restrictions sont progressivement levées. Bien que plusieurs mois encore devront s’écouler avant que l’on retrouve une vie et un travail près de la « normalité », le progrès est encourageant.

Voici une mise à jour précisant certains des développements de la semaine et les réflexions connexes.

Développements macroéconomiques et du marché

  • Le marché boursier nord-américain poursuit sa hausse, alors que les investisseurs prennent de l’assurance à la suite des développements encourageants liés à l’essai du vaccin contre le coronavirus et aux données économiques et sur l’emploi alors que les entreprises de plusieurs régions ont repris leurs activités.
  • Les États-Unis sont le pays le plus touché par la COVID-19 mondialement, dont certains États, comme la Floride, signalent un nombre record d’infections et de décès liés à cette maladie. Alors que les taux d’infection demeurent sous contrôle dans la plupart des régions du Canada, les deux pays se sont entendus pour prolonger la fermeture de la frontière pour les déplacements non essentiels jusqu’au 21 août.
  • Le dollar canadien s’est raffermi par rapport au dollar américain alors que la Banque du Canada maintient pour l’instant son taux directeur à 0,25 %. La Banque centrale prévoit un déclin de 7,8 % du PIB canadien cette année, attribuable à la fermeture causée par la pandémie, et elle a indiqué que les taux demeureraient bas « pendant une longue période. »
  • Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine se sont aggravées puisque le Président Donald Trump a signé une loi visant à imposer des sanctions à la Chine en réaction à son ingérence dans l’autonomie de Hong Kong. 

Comment cela affecte-t-il mes placements?

Les marchés boursiers dans bon nombre d’économies de pays développés se sont redressés de manière importante en quelques mois depuis la tendance baissière due à la pandémie en mars, en dépit de conditions économiques incertaines et de plusieurs aspects inconnus liés au virus lui-même. Bien que la reprise du marché ait été imprévisible, il en va de même pour savoir quand le prochain ralentissement se produira. En fait, certaines études ont démontré que d’essayer de tirer profit de la synchronisation du marché en vendant vos placements avant un ralentissement peut être nuisible, puisque les investisseurs passent à côté de gains importants après les avoir encaissés. Au contraire, adhérer à un plan d’investissement à long terme personnalisé qui traduit vos objectifs, comme celui que nous avons établi ensemble pour répondre à vos besoins, génère généralement de meilleurs résultats.

C’est avec plaisir que je pourrai répondre à toute question ayant trait à vos plans d’investissement. N’hésitez pas à me contacter au 450-951-8787.

Meilleures salutations,

 Michel Prévost